L'entretien

L’entretien d’une pelouse hybride doit être respecté avec soin afin de garantir la rentabilité du terrain hybride et d’optimiser sa durée de vie. Un entretien mal réalisé aura des conséquences sur la qualité de la pelouse.

L’importance du jardinier et l’influence anglo-saxonne

Le rôle du jardinier

Le jardinier (ou groundsman en Angleterre) s’occupe de l’entretien de la pelouse hybride, c’est-à-dire qu’il effectue les opérations nécessaires, il prend les décisions, fait les choix de gestion en ce qui concerne ces opérations. Il doit toujours anticiper et s’adapter aux divers aléas (notamment la météo) pour mener à bien la pelouse jusqu’au jour J (ex: match). Il doit donc être qualifié et connaître par cœur son terrain. Cela lui permet de faire des choix judicieux et qui correspondent aux besoins. Le terme de responsable des terrains correspond donc mieux que le terme de jardinier.

Le jardinier voit le terrain au quotidien et grâce à son expérience, on peut dire que c’est celui qui le connaît le mieux. Il sait remarquer rapidement tout changement de couleur, tout risque de maladie, etc. Il doit adapter l’entretien aux nécessités de la pelouse hybride selon les changements observés.

Le responsable des terrains est donc très important car il permet de garantir la qualité du terrain. Sans lui, n’importe quel terrain serait en piteux état. Un terrain mal entretenu réduit aussi les performances des joueurs ainsi que la satisfaction des spectateurs. Un bon jardinier se reconnaît dans la performance et l’aspect de la pelouse.

L'influence anglo-saxonne

Les méthodes d’entretien françaises s’inspirent fortement de celles des anglo-saxons. Les anglais sont des modèles au vue de leur qualité de pelouse. Ils représentent l’excellence en terme de rendu esthétique. Les groundsmen (=jardiniers) sont généralement très bien formés. Les anglais ont déjà acquis plusieurs années d’avance en terme de savoir-faire et d’expérience. Ils se doivent donc de faire refléter ce savoir dans leurs méthodes d’entretien et leurs résultats.

Dans ce milieu, les meilleurs responsables de terrain sont d’origine anglophone. Certains sont même engagés par des grands clubs français pour s’occuper de leurs terrains. Parmi ces professionnels, on peut citer Jonathan Calderwood qui travaille pour le PSGScott Brooks pour l’OGC Nice et Tony Stones pour le Stade de France.

Il faut tout de même garder en mémoire que les clubs de Premier League accordent des budgets (dédiés au fonctionnement) supérieurs aux budgets des clubs français. Ils peuvent donc se permettre d’embaucher plus de personnel, d’avoir des machines pour l’entretien plus adaptées et d’avoir un coût énergétique plus élevé (chauffage, luminothérapie,…).

Le climat océanique du Royaume-Uni est aussi un avantage puisqu’il compense l’arrosage. Les terrains sont ni confrontés à la sécheresse en été ni aux très basses températures en hiver. Ce climat océanique est donc plus adapté à la culture du gazon que les climats méditerranéen et continental.

Les opérations courantes d’entretien

Afin de garantir la qualité du terrain hybride, un ensemble d’opérations d’entretien doivent être effectuées rigoureusement. Elles sont réalisées de manière plus ou moins fréquente tout au long de l’année. Nous allons parler ici des opérations courantes d’entretien.

La tonte

Une des étapes les plus courantes est la tonte, c’est-à-dire la coupe de l’herbe. Elle permet de régulariser la hauteur du gazon en fonction de son utilisation. Une pelouse trop longue réduit la performance des joueurs. Chaque sport nécessite une hauteur de gazon différente. Au football, il est recommandé de tondre la pelouse à 2.5 cm du sol. La pelouse sera par contre plus longue sur un terrain de rugby puisqu’elle doit être de 3.5-4 cm. Enfin, un terrain de tennis nécessite une pelouse beaucoup plus courte avec 0.8 cm de pousse. L’ensemble du terrain doit être tondu avec la même hauteur de coupe afin d’éviter les irrégularités.

Il existe deux types de tondeuses: la tondeuse à lames rotatives et la tondeuse à lames hélicoïdales. Elles n’ont pas les mêmes fonctions. Les premières permettent d’aspirer davantage les déchets de tonte. Elles sont utilisées principalement après les matchs pour évacuer les débris causés par la tonte. Les secondes ont une meilleure qualité de coupe et facilitent la cicatrisation des feuilles.

La fréquence de la tonte varie selon la saison mais aussi selon l’assistance climatique (chauffage) mise en place. En cas de forte pousse (printemps/ automne), la tonte peut se faire tous les jours. En hiver, lorsqu’il fait très froid et qu’il n’y a quasiment pas de chauffage (coût trop élevé), la tonte se fait une fois par semaine.

Le décompactage

Le terrain se compacte sous la pression des appuis. Cela arrive souvent lorsque le terrain est beaucoup utilisé. Le compactage du terrain empêche les racines de respirer et l’eau de circuler. C’est pourquoi, il est utile de décompacter le terrain afin de redonner la possibilité aux racines d’avoir de l’oxygène et donc de redonner santé au gazon. Grâce à l’air, la pelouse se fortifie et résiste davantage aux aléas climatiques. Il existe deux méthodes pour décompacter la pelouse:

  • L’aération: elle permet de percer le sol avec des pointes verticales.
  • Le décompactage : il ressemble fortement à l’aération. Le but est semblable, il permet de faire parvenir de l’oxygène aux racines et de créer aussi une souplesse du substrat. La différence se trouve dans la machine. Contrairement à l’aération et ses pointes verticales, le décompactage se fait à l’aide de pointes inclinées avec une certaine angulosité.

La différence se trouve donc davantage dans le résultat obtenu que dans le but de l’action. Le décompactage se réalise selon les conditions d’utilisation du terrain. En général, les jardiniers essaient de faire cette opération quelques jours avant chaque match. En moyenne, le décompactage est effectué une fois toutes les deux semaines. Certains alternent avec l’aération.

Le griffage

Le griffage permet de ralentir la formation de feutre (déchets organiques de la plante constitués de feuilles mortes et de racines). Le feutre se forme avec le temps. Il pose des problèmes agronomiques (perméabilité, échanges gazeux, champignons pathogènes). Le feutre empêche aussi les joueurs d’avoir de bons appuis. Le défi du jardinier est de se débarrasser de cette couche tout au long de la saison. L’outil utilisé griffe la surface et permet de faire remonter les feuilles mortes ainsi que les débris organiques à la surface. Ces déchets seront ensuite aspirer avec des tondeuses à lames rotatives.

Pour être efficace, le griffage doit se faire entre une fois par semaine et une fois toutes les deux semaines. Cette opération doit être réalisé avec précautions. Elle doit prendre en compte l’état du gazon pour ne pas le fragiliser.

Le défeutrage

Le défeutrage est une des étapes les plus importantes dans l’entretien d’une pelouse. Cette opération sert à supprimer le feutre lorsqu’il est présent en abondance. Elle se fait à l’aide une machine beaucoup plus imposante que celle du griffage. Cette machine possède des couteaux rotatifs qui viennent gratter fortement la pelouse. Cela permet d’arracher le feutre. Sur une pelouse hybride, le défeutrage n’est pas une opération d’entretien très fréquente. Cette opération est en réalité assez rare. Elle est pratiqué principalement lors des rénovations par ceux qui ne recourent pas au scalpage (le scalpage permet aussi de supprimer le feutre).

Le sablage

15 à 20 tonnes de sable sont réparties sur le terrain pour éviter l’aspect humide et gluant du feutre (qui favorisent les glissades). Le sable se mélange avec le feutre et lui donne “du corps”. Cette opération s’intitule le sablage et permet d’assécher le feutre. Elle permet une meilleure accroche des crampons et évite donc les accidents.

412-Trainé
La fertilisation
Epandeur

Lorsque la pelouse hybride commence à fatiguer, la fertilisation permet de donner de l’engrais (des vitamines) au gazon. L’engrais renforce le gazon et facilite sa croissance. Il permet aussi de faire repartir la croissance d’un gazon abîmé. La fertilisation se fait donc en fonction des besoins de la pelouse. Il existe des engrais solides et des engrais liquides. Les premiers sont intégrés au gazon avec un épandeur et les seconds avec un pulvérisateur. Les fertilisants doivent être appliqués avec précision et de manière uniforme.

Le regarnissage

Il est conseillé d’opérer un regarnissage (appelé aussi sursemis) en re-semant des graines pour redonner de la densité à la pelouse hybride. Ce procédé d’entretien est réalisé uniquement quand il faut redorer l’aspect visuel de la pelouse hybride.

L'arrosage

Pour favoriser la croissance du gazon, il est essentiel de lui donner l’apport nécessaire en eau. L’arrosage permet à la pelouse de se développer correctement. Il existe des systèmes d’arrosage automatique pour faciliter le travail du jardinier. Ces systèmes d’arrosage automatique sont les plus conseillés, notamment pour les terrains professionnels. Les arroseurs sont généralement situés sur les bords des terrains. Ils doivent distribuer de manière uniforme toutes les zones du terrain. Pour garantir l’aspect esthétique de la pelouse, ces zones devront être assez hydratée sinon elles seront ternies.